Management et plaisir

Gommer les résistances au changement

Gommer les résistances au changement

Amener quelqu’un à changer ne consiste pas seulement à le convaincre d’accepter le bon objectif. Amener quelqu’un à changer c’est l’amener à comprendre le processus qui aboutira, pour lui ou elle, à un changement.

Manager pour rendre autonome

C’est avant tout lever tous ses freins au changement puis lui donner des éléments qui feront qu’il se mette en mouvement et s’implique. Notre résistance au changement dépend de la confiance que nous avons en nous-mêmes.

Or, cette même confiance est, ou non, alimentée par notre management.

Un manager du type directif et sanctionnant créera dans son équipe un sentiment de doute propice à la résistance au changement.

En revanche, un manager qui pratique, en permanence, la reconnaissance du travail de ses collaborateurs en favorisant l’autonomie verra son équipe s’approprier le changement (voir le manager libéré : chapitre III paragraphe 6).

Donner confiance à ses collaborateurs

À partir de là, il est facile à tout manager de comprendre quelle est la bonne attitude.

Un collaborateur dont la valeur aura depuis longtemps été reconnue par son management opposera beaucoup moins de résistance à ce changement et sera même un élément porteur. Il aura confiance en lui.

Ce rapide raisonnement démontre que « reconnaître » en permanence la qualité de travail de ses collaborateurs, les prépare et donc nous prépare à réussir les changements à venir.

Pour résumer, nous réagissons tous suivant l’équation :

R : c’est notre résistance au changement
VA : c’est notre valeur ajoutée réelle, notre réelle utilité.

Impliquer ses collaborateurs dans le changement

La première condition pour réussir le changement est donc de développer ses collaborateurs, de créer un climat favorable et donc pratiquer la reconnaissance permanente du travail des collaborateurs.

Ainsi, lors du prochain changement, rendu indispensable pour le développement de l’entreprise, non seulement vous ne demanderez que ce qui est possible mais votre collaborateur, fort de sa confiance en lui, s’impliquera dans le changement.

Il s’impliquera d’autant plus que :

  • il connaîtra le sens du changement,
  • il sera informé en temps utile.

Cet article est un extrait du Manager Libéré, chapitre IV, paragraphe 4

Réservez votre guide du Manager Libéré